top of page

La cour est pleine


Jeudi 14 mars 2019. En échange de l'aide que l'AHU nous a apportée l'année dernière, dans la première moitié d'aujourd'hui, nous avons pris des photos des enfants et enregistré leurs données dans un petit centre d'aide aux enfants handicapés pris en charge par eux. Notre déjeuner a de nouveau été pris en charge à notre école (aujourd'hui c'était aussi très délicieux, du riz avec quelque chose comme un goulasch épicé avec beaucoup d'oignons), puis nous avons discuté avec le comité des sports de l'organisation des Jeux Olympiques étudiants et d'une éventuelle alternative solutions si les camions devaient arriver avec un nouveau retard.

Il y a beaucoup d'excitation à leur arrivée, car en raison du retard imprévu, nous avons déjà inversé tout le programme, et hier les invitations ont été envoyées dans la moitié du monde pour l'ouverture de la salle informatique lundi. Nous devons construire la salle informatique et la bibliothèque pour la cérémonie d'ouverture et nous devons également remettre les cadeaux, notre week-end ne sera pas ennuyeux non plus. Donc, revenons aux Jeux olympiques, en suivant les solutions alternatives, la balle de tennis est devenue orange, qui au lieu d'une raquette de tennis doit être en équilibre sur les tableaux des enfants pendant la course, et le bâton devient une banane, et la corde de remorquage devient un excellent outil pour la compétition de tir à la corde. Quand nous leur avons montré qu'ils devaient courir en équilibrant une orange sur le tableau, ils ont d'abord ri de la facilité de la chose : puis ils sont tombés l'un sur l'autre en riant quand ils l'ont essayé et sont tombés d'un pas. Les Jeux olympiques seront en avance à cause de la chaleur, et nous avons calculé la quantité d'eau dont les enfants auront besoin, combien d'oranges, de bananes et de tableaux noirs seront nécessaires. Ensuite, ils ont négocié que les enfants du football recevraient également des oranges, et même la coupe irait à l'équipe de football gagnante, parce que c'est vraiment cool !

S'en est suivi un autre événement très important : les mères et grands-mères des enfants déjà soutenus et des nouveaux admis au programme (et même les pères habillés pour l'occasion) sont venues à l'école, à la "réunion des parents" du Fondation, pour l'information et la discussion - dont le résultat étaient des objectifs communs et c'était un accueil mutuel et enthousiaste des projets futurs, des idées qui soutiennent et aident la communauté. Alors qu'ils affluaient dans la cour simple de l'école vêtus de belles robes colorées et fantaisistes, c'était un spectacle comme un défilé de mode exotique - mais encore plus digne, électrisant et plein d'espoir ! Beaucoup de monde est venu : toute la cour en était remplie ! (Il y avait une famille où les parents n'étaient pas à la maison lors de notre visite hier : ils sont venus aujourd'hui bien habillés et nous ont spécifiquement demandé de les prendre en photo avec l'enfant.)Il a été traduit en bambara par la directrice et l'un des professeurs de l'école : tous deux dotés de réelles qualités oratoires. La mention de notre idée de base de Mandela a déclenché en eux des sentiments et des pensées si profonds et si longtemps désirés que, interrompant de temps en temps l'interprétation, ils ont encore accru l'enthousiasme du public électrisé, qui a écouté attentivement et fredonné fort en signe d'approbation, avec leurs discours encourageant l'apprentissage. Puis, lorsqu'on leur a demandé ce qu'ils pensaient de ce qui s'était dit, les parents ont commencé à venir vers nous tout à fait spontanément pour exprimer leur opinion sur les idées soulevées, nous remercier pour notre travail et nous assurer qu'ils saluaient la réalisation de nos objectifs communs et en sont partenaires. Pour ce faire, ils vont s'asseoir et préparer un matériel sur ce qu'ils pensent. Nous attendons les travaux avec intérêt... Après cela, une prise de photos de masse très libre et joyeuse a commencé dans toute la cour, qui semblait ne jamais s'arrêter...


C'est un grand plaisir que nos bénéficiaires viennent vers nous et essaient de communiquer : notre niveau de français est quasiment le même, donc parfois on réussit. Enfin, à la fin de la journée, nous nous sommes appris mutuellement : ils m'ont appris le bambara, en corrigeant strictement ma prononciation et en me répétant les mots plusieurs fois, et je leur ai appris le hongrois : puis je suis mort alors qu'ils essayaient de prononcer les mots en silence avec concentration fronçant les sourcils, puis à haute voix, bougeant la bouche en silence.

Aujourd'hui, nous sommes allés au-delà des salutations "merci" et "bonjour". Après toute la journée de travail et la chaleur, nous sommes retournés au logement complètement énergisés, en espérant que les camions traversant la frontière aujourd'hui arriveront également bientôt - peut-être d'ici demain soir.

Le soir, nous avons de nouveau poursuivi la journée de travail dans le Sleeping Camel - mais avant cela, nous avons décroché la première place au jeu-questionnaire traditionnellement organisé à nouveau dans le salon du jardin, avec notre équipe mixte franco-hongroise-norvégienne. Andi a joué un grand rôle dans la musique ouest-africaine !

2 vues

Commentaires


bottom of page