top of page

J'ai besoin de l'estomac...

3 octobre 2019 - Je me réveille à minuit avec un énorme orage. Il pleut si fort que vous ne pouvez rien voir et la flèche de Dieu vole très près, amenant les bâtiments environnants à la lumière du jour. Le matin, cependant, je me réveille sous un soleil radieux, j'écris rapidement le blog d'hier et après le petit déjeuner, nous entamons la deuxième journée, qui n'est pas trop exigeante aujourd'hui. Nous commençons à la banque, encore une fois je ne peux retirer de l'argent qu'au troisième. Hakuna matata, comme on dit dans la moitié orientale du continent... Étant le matin, la ville est pleine de bayefalls et de talibés en "habits de clown", aboyant à chaque coin de rue. Avec les talibans, vous ne savez vraiment pas quand vous faites le bien : si vous leur donnez de l'argent et maintenez ainsi un système d'exploitation, ou si vous ne donnez rien, sachant que s'ils ne rapportent pas chez eux le penzum prescrit, ils seront punis. Selon Abdou, les écoles coraniques sont maintenant attaquées et elles seront abolies d'ici 4-5 ans. Qu'il en soit ainsi, même s'il est difficile d'imaginer qu'une tradition séculaire puisse être ainsi abolie. À la fin, nous leur donnons de la nourriture, qui est sûre de rester avec eux, et les bayefalls reçoivent 100-200 CFA pour prier pour notre bien-être spirituel.

La matinée ne commence pas bien, maintenant vous pouvez voir le résultat du fait que je me suis évanoui au lit hier. La caméra meurt après la première vidéo et je n'ai pas de batterie de rechange. Nous nous battons donc pour rentrer à l'hôtel en 45 minutes dans la plus grande frénésie matinale, dans une fumée de diesel ressemblant à du brouillard. Je change la batterie, remonte dans la voiture et continue joyeusement à filmer lorsque cette batterie indique également qu'elle est vide. Je n'ose pas dire à Abdou que même si on a perdu 1h, je préfère sortir le téléphone... qui est mort aussi. Heureusement, j'ai la batterie avec moi, donc au moins je pourrai prendre des vidéos et des photos avec.

Nous commençons la journée à Oussou, en arrivant à la rentrée. Autrement dit, nous arriverions si la saleté des égouts qui s'était écoulée à cause de l'eau de pluie tombée pendant la nuit ne coulait pas comme une rivière dans les rues. De plus, les eaux usées sont si hautes qu'il est impossible de voir où une pierre dépasse, ou où il y a une fosse dans laquelle on pourrait rester coincé. Nous luttons à travers la porte avec beaucoup de difficulté et parvenons à sortir sans nous noyer dans les eaux usées. La directrice me salue comme une vieille amie, nous discutons rapidement qui commence en premier, qui va dans quelle classe, nous récupérons les listes de cours.

Nous convenons que les certificats me seront envoyés tous les trimestres, il suffit d'écrire une lettre disant qui je suis. Nous allons à la librairie, Adama et Dieynaba attendent déjà dans la cour avec leur acte de naissance, nécessaire à l'inscription. Au final, ils nous accompagnent aussi, même le concierge de l'école et un ami d'Adama : nous sommes sept assis dans le petit Reno Scenic, donc pas étonnant que nous restions bloqués. Les roues recouvrent tout dans un rayon de 30 mètres d'excréments, Abdou pleure car ses roues s'usent. Je ne veux plus lui dire que rien ne peut plus s'user sur ce rétroviseur radial... Et même s'il semble avoir peur de sa voiture, ses yeux ne bronchent même pas au cycliste qui nous arrive par derrière et frappe fort . Personne ne sort, bien que cela soit compréhensible, qui voudrait être examiné dans un demi-mètre d'égout. De plus en plus de contrôleurs aériens volontaires nous font signe où aller, Abdou parvient tant bien que mal à sortir la voiture, l'essuie-glace essuie avec diligence la buée du pare-brise. Ne parlons pas de l'odeur à 37 C, parfois je bâillonne un peu discrètement.

À la librairie, il n'y a qu'un ruisseau d'égout sautable. Ils récupèrent les livres et brochures pendant 2 heures, le propriétaire n'est pas là maintenant, même si nous sommes devenus de très bons amis, il voulait déjà m'écrire hier, mais j'ai pu l'arrêter. Le temps que nous ayons fini, il arrive et la parade échoue, d'autant plus qu'il va chercher des crayons à motifs sénégalais pour demain...


Vous êtes accueillis par un grand silence à la maison Camara. Le voisin est mort cette nuit-là, et comme dans ce cas, des gens qui vivent près les uns des autres en Afrique, pleurent ensemble. C'est étrange que cette maison pleine de vie, de musique, de danse et de rire soit si sans vie et sans sourire. On sent qu'on est inutile : on passe vite les livres, on parle un peu plus aux enfants : avec tant de belles choses qu'ils ont reçues, tout le monde devrait être premier de la classe ! Ils vivent dans la même maison ici, s'entraident pour étudier. Prenez soin des livres, car certains d'entre eux sont nécessaires pendant 2 ans, ils n'en auront pas de nouveaux l'année prochaine s'il leur arrive quelque chose. Je demande qui n'a pas de sac à dos, quatre personnes s'avancent. Peut-être que nous pouvons le leur faire savoir avec le groupe October Travel to Africa...


Ils ne vous laisseront pas non plus sans déjeuner aujourd'hui... pendant que nous mangeons, nous regardons une femme coudre les pièces du costume de spectacle, et une autre tamiser la semoule de maïs fraîchement moulue dans une cuve en plastique. Nous recevrons quelques enveloppes avec des lettres aux supporters, nous reviendrons demain pour le reste. On se dit au revoir : il est 16h. Je me souviens que le Musée d'histoire africaine a ouvert en septembre dernier, allons le voir. Le bâtiment rond du musée est situé entre le Théâtre National et l'ancien bâtiment de la gare principale très joliment rénové, à proximité du ferry de l'île de Goré. Et climatisé !!!



Cependant, l'exposition devient malheureusement inintéressante pour moi après le rez-de-chaussée, surtout après que la partie de l'exposition sur l'esclavage a disparu du 3ème étage, et le 2ème étage, à l'exception d'une salle sur le développement de la religion africaine, est transféré à une exposition sur la vie des chinois... bien sûr, je sais, les chinois ont donné l'argent, ils l'ont construit, mais quand même... mais le climatiseur fonctionne parfaitement au rez-de-chaussée !!!

J'achète encore un peu au magasin voisin. Abdou achète une boisson chaude et concentrée au gingembre à un marchand ambulant, pleine de sucre et de jus de citron, c'est très délicieux, et il l'aime même à 19h30 le soir par une chaleur de 35 degrés. Nous mangeons un autre sandwich et retournons à la maison pour nous reposer : à partir de demain nous aurons 3 dures journées à l'Ecole de l'Espoir !

0 vue

コメント


bottom of page