top of page

Bottes au sol

Mardi 12 mars 2019. Le contraste que la population est connue pour être amicale et accueillante est difficile à digérer, mais maintenant non seulement les ambassades, mais aussi la banque, le casino et même l'hôtel turc sont adjacents à l'hôtel. et pour les habitants a également été construit pour une école privée. Je n'ai jamais vu autant de scooters et de motos de ma vie : conduire à Bamako est un art, il faut y être né. C'est avec des malas glaçants que nous sommes arrivés à l'école ce matin et de là nous sommes partis visiter les enfants et leurs familles dans le bidonville de Sans-Fils. Eh bien, vous ne pouvez pas vous préparer à quelque chose comme ça, et j'ai eu tellement d'impulsions et d'impressions que je ne peux que vous parler de ce travail difficile et de cette expérience incroyable et intense. Déjà le matin, il fait terriblement chaud, et la poussière qui est partout dans la ville n'est pas seulement soulevée par les véhicules, mais aussi par les piétons et le vent, et est constamment maintenue dans l'air. En une heure ou deux, il remplit les pores, les poumons et les muqueuses (nez, bouche, yeux) d'une personne de telle sorte qu'il n'est plus un ennemi extérieur et intrusif, mais une partie intégrante de nous. De même l'odeur sucrée omniprésente et indéfinissable et la forte fumée qui sort de partout après la cuisson au charbon de bois en plein air.

Les chemins de terre plus larges entre les maisons et les ruelles étroites sont remplis d'une quantité démesurée de déchets, qui sont utilisés par les piétons, les motocyclistes et les animaux (bétail, pâturage des chèvres, gazouillis des oiseaux). De petites maisons autonomes qui n'étaient pas vraiment meublées et pavées de pavés pouvaient être appelées Sufniks, étaient entrecoupées de petits appartements construits dans des maisons plus grandes, où (à cause de la protection contre la chaleur) pratiquement aucune lumière ne brille à travers les minuscules et peu de fenêtres. La population vit sa vie quotidienne et communautaire dans les petites cours communales animées (parfois même jusqu'à la rue). Ils cuisinent, lavent et transportent la nourriture à l'extérieur - l'eau est généralement transportée dans des seaux pour cela, car l'eau courante est rarement introduite. Difficile d'imaginer comment des enfants peuvent faire leurs devoirs ou étudier dans de telles circonstances...

Aujourd'hui, nous avons visité 16 familles, la directrice et sa fille nous ont aidés à interpréter le questionnaire extrêmement complet pour la population locale en français et à poursuivre la conversation. Partout ils nous ont accueillis chaleureusement et avec grand plaisir, et ce fut une expérience sensationnelle que nous nous sommes tout de suite retrouvés dans l'humour malgré les différences linguistiques, culturelles et sociales. L'après-midi, nous nous sommes reposés : nous nous sommes amusés à l'école aujourd'hui. Hier, ils nous ont préparé un ragoût de mouton avec du riz, et comme collation ("comme collation"), nous avons eu des lanières d'agneau frites - et aujourd'hui, ils nous attendaient avec un goulasch à quatre pattes incroyablement délicieux - et de l'eau froide ! Après avoir terminé les visites en fin d'après-midi, nous avons de nouveau discuté avec l'administrateur de l'école, puis nous sommes retournés au logement, où ce soir nous avons également commencé à traiter le matériel collecté (informations, photos, etc.) et à préparer le travail de les jours suivants.


A la fin de la journée, après avoir lavé plusieurs couches de sable rouge africain de mon image, j'ai été content de voir que je ne l'avais pas vraiment abîmé au soleil, il s'est juste un peu abîmé... Pour résumer mon professionnalisme expérience, j'ai donné le clavier à Andi Gyurácz.


En plus de manger, la pause de midi est aussi bonne pour clarifier les questions accumulées au fil des années. Enfin, les examens et les notes étaient à leur place : Nous avons découvert que s'il y a un 0 parmi les chiffres sur le certificat, cela signifie que l'enfant a raté l'évaluation tenue tous les 2 mois pour une raison non vérifiée par les parents. De plus, la vie des élèves de sixième est la plus amère, car ils rédigent un bilan tous les mois : en décembre-mars-juin, les résultats sont envoyés au ministère, et les autres mois, l'école les analyse. A la fin de la 6ème année, le soi-disant certificat CEP, avec lequel vous pouvez passer aux grades 7-9. aux cours. Beaucoup de gens saignent déjà ici. Le 7-9. ans, il y a un examen tous les trimestres, et à la fin de la 9e année, l'examen dit DEF, qui, s'il est réussi, conduit automatiquement au lycée 3, à la fin duquel il y a un diplôme d'études secondaires. Ceux qui réussissent peuvent aller à l'université, en fonction de leurs résultats. Il y a 6 universités à Bamako. Dans les écoles publiques, les enseignants sont constamment en grève : les lycéens étaient à peine à l'école cette année, car 2 semaines d'école sont suivies de 3 semaines de grève. Ainsi, au lieu d'étudier, ils travaillent souvent et aident dans la famille. Ils n'ont donc pas de certificat.

La pause est également idéale pour l'apprentissage des langues : nous apprenons les phrases bambara comme we're done (ábáná), merci (inicsi), merci beaucoup (imbaragyi) et au revoir (kámbé), ce qui bien sûr est un grand succès. Je commence à entrer dans le français en gémissant : aujourd'hui j'ai eu une conversation "de haut vol" avec ma "petite fille" et 31 élèves qui se piétinaient dans le couloir d'un demi-mètre de long sur ce que c'est que l'école, c'est chaud, il fait -20 C chez moi et il neige, et il y a un de mes frères qui a un chien qui n'aime pas mon chat. Tout cela en montrant des images sur l'appareil photo. Mais le tumulte est devenu si grand que j'ai eu peur que la barrière, qui ne semblait pas stable, tombe s'ils s'y poussaient une fois de plus, alors j'ai reculé avec un "kámbe". Le soir, pendant le nettoyage - parce qu'aujourd'hui c'était un grand nettoyage à l'école, tout le monde balayait et arrosait et ramassait partout - je lui ai dit au revoir en hongrois. Bien sûr, les garçons n'ont fait que nettoyer jusqu'à ce qu'ils pensent que je prenais des photos d'eux...

0 vue

Comments


bottom of page